La formation du plateau de Démérara

La marge continentale du Craton des Guyanes s’est formée à l’intersection entre l’Océan Atlantique et Équatorial, formés successivement depuis 150 Ma, achevant ainsi la dispersion du supercontinent Gondwana. Au cours de la formation de ces rifts, la croûte continentale est étirée et rompue mais la manière dont cet amincissement s’est déroulé et varie le long de la marge n’est pas connue. Nous l’avons donc cartographié à partir de données industrielles inédites. Nous montrons que la largeur sur laquelle l’amincissement est accommodé varie significativement le long de la marge : les segments de marges sont beaucoup plus étroits (< 100km) lorsque la direction du rift est oblique que lorsqu’elle est normale (200-300km). Nous montrons également que les segments de marges issues du rift de l’Atlantique Central (Rift I) sont systématiquement plus larges et formés dans des conditions plus chaudes que ceux issus de l’Atlantique Équatorial (Rift II). Finalement, la zone de superpositions des deux rifts a isolé un promontoire de croûte continentale qui a formé le Plateau de Demerara.

Évolution schématique de l’étirement et de la rupture de croûte continentale niveau du Plateau de Demerara (Rift I : Rift Atlantique Central ; Rift II : Rift Atlantique Équatorial). © D. Rouby

La marge continentale du Craton des Guyanes s’est formée à l’intersection entre l’Océan Atlantique et Équatorial, formés successivement depuis 150 Ma, achevant ainsi la dispersion du supercontinent Gondwana. Au cours de la formation de ces rifts, la croûte continentale est étirée et rompue mais la manière dont cet amincissement s’est déroulé et varie le long de la marge n’est pas connue. Ceci a cependant un impact très important sur les routages sédimentaires qui vont transporter et préserver, aux échelles de temps géologiques, les sédiments issus de l’érosion du Craton Guyanais. Une équipe de chercheurs du GET, de Total et du BRGM ont donc cartographié la structure de la croûte continentale et de son étirement tout le long de la marge à partir de données industrielles inédites. Ils ont montré que la largeur sur laquelle l’amincissement est accommodé varie significativement le long de la marge : les segments de marges sont beaucoup plus étroits (< 100km) lorsque la direction du rift est oblique que lorsqu’elle est normale (200-300km). Ils ont montré également que les segments de marges issues du rift de l’Atlantique Central (Rift I) sont systématiquement plus larges et formés dans des conditions plus chaudes que ceux issus de l’Atlantique Équatorial (Rift II). Finalement, la zone de superpositions des deux rifts a isolé un promontoire de croûte continentale qui a formé le Plateau de Demerara. L’équipe travaille actuellement à caractériser l’influence de ces deux rifts sur les transferts de sédiments du continent vers la marge.

Contacts: Delphine Rouby & Dominque Chardon, UMR 5563 CNRS GET

Brève INSU: https://www.insu.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/la-formation-du-plateau-de-demerara

Sources :

"Superimposed rifting at the junction of the Central and Equatorial Atlantic: Formation of the passive margin of the Guiana Shield" A. Loparev, D. Rouby, D. Chardon, M. Dall’Asta, F. Sapin, F. Bajolet, F. Paquet [Paper #2020TC006159RRR], for publication in Tectonics.

Plus d'actualités

Résultat scientifique

Les mouvements des plaques en profondeur avant un méga-séisme détectés dans le champ de gravité terrestre

Une étude dirigée issue d’une collaboration entre l’IPGP, de l’IGN, d’Université Paris Cité et du GET, montre que des redistributions de masses profondes peuvent être observées avant un méga-séisme de […]

13.05.2022

Résultat scientifique

Colonnes magmatiques au sein de la croûte terrestre : mythe ou réalité ?

La pétrologie étudie les produits d’émission en surface (laves) des volcans, et fait rarement le lien avec la pétrologie des systèmes profonds (plutons). Des chercheurs du GET ont proposé, une […]

29.03.2022

Résultat scientifique

Failles et volcans dans les Andes : un mélange explosif !

L’activité explosive des volcans à l’origine des éruptions les plus dévastatrices sur Terre, reste encore mal comprise. L’une de ces éruptions, survenue en 2011 dans les Andes au sud Chili […]

23.03.2022

Rechercher