Un monde de plus en plus froid…

Le Cénozoïque (65 derniers millions d’années de l’histoire de la Terre) est une période de changements climatiques majeurs, marquée par l’apparition de la calotte de glace antarctique à la transition Eocène/Oligocène. Des travaux récents ont mis en évidence le rôle clef joué par la baisse du CO2 atmosphérique sur ce refroidissement planétaire. Mais les causes de cette diminution du CO2 restaient largement peu explorées.

Un monde plus froid © Pascal Lacroix LEGOS

Utilisant un modèle numérique couplant une description 3D du climat et du cycle global du carbone géologique (le modèle GEOCLIM) dans le cadre d’une collaboration étroite entre le GET et le Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, nous avons exploré les rôles respectifs de la configuration des continents au cours du Cénozoïque et du dégazage de CO2 par l’activité volcanique.

Nous montrons que la configuration des continents favorise une consommation optimale de CO2 atmosphérique par l’altération chimique des roches continentales dès le début du Cénozoïque. Si la paléogéographie était le seul facteur en jeu, la calotte antarctique se serait mise en place 30 millions d’années avant la date de son apparition observée. L’englacement de l’Antarctique a donc été retardé par un dégazage volcanique plus intense de 50 % dans les premiers temps du Cénozoïque.

Vers 15 millions d’années dans le passé, au Miocène, le glissement vers le nord du continent africain a amené la partie la plus large du continent (la partie nord) dans la zone de divergence intertropicale, zone nettement plus aride que la zone équatoriale. La consommation de CO2 par dissolution des roches continentales a été réduite globalement par ce mouvement tectonique, expliquant la mise en place d’un épisode chaud dans le Miocène, bien observé dans les données isotopiques, sédimentologiques et paléontologiques.

Ce travail est publié dans la revue Earth and Planetary Science Letters.

Référence

V. Lefebvre, Y. Donnadieu, Y. Goddéris, F. Fluteau, L. Hubert-Théou, Was the Antarctic glaciation delayed by a high degassing rate during the early Cenozoic ? Earth Planet. Sci. Lett., v. 371-372, p. 203-211, 2013.

Contact: Vincent Lefebvre et Yves Goddéris

Plus d'actualités

Actualité

L’orpaillage sauvage sous l’œil des IA

Les scientifiques développent une technique mêlant algorithmes, machine learning et images spatiales pour détecter les sites d’orpaillage artisanal et leur évolution. Cet instrument innovant pourrait permettre d’encadrer le secteur pour […]

13.01.2021

Communiqué de Presse

En milieu semi-aride, engrais et eaux souterraines ne font pas bon ménage…

Une étude menée par une équipe franco-indienne impliquant l’UMR GET et publiée dans Scientific Reports a montré que l’engrais potassique favorisait la salinisation naissante dans l’agriculture semi-aride irriguée par les eaux souterraines. La […]

04.01.2021

Publication

Survie du zircon dans l’asthénosphère et lithosphère

Bien que le zircon soit largement utilisé pour le traçage des processus impliquant les magmas felsiques de la croûte continentale, sa stabilité dans nombreuses roches (ultra-)mafiques d’origine mantellique restent encore […]

01.01.2021

Rechercher