Quand la relaxation visqueuse explique pourquoi un volcan n’entre pas en éruption

La surveillance, la prévision et la prévention des éruptions volcaniques passent principalement par une interprétation adéquate des signaux de déformation et sismicité, qui sont généralement associés aux mécanismes d’ascension et de stockage du magma sous les complexes volcaniques. Cependant et contrairement aux systèmes magmatiques basaltiques, les grands systèmes volcaniques siliceux peuvent accumuler de grands volumes de magma sur de longues périodes avant d’entrer en éruption. Laguna del Maule (LdM), situé au Sud du Chili, est l’un des grands systèmes volcaniques siliceux les plus actifs au monde avec plus de 50 éruptions depuis 25.000 ans. Sur ce site, la mise en place d’une intrusion magmatique a débuté en 2007 et a provoqué une inflation régionale inédite de l’ensemble du complexe de plus de 2 mètres, sans entraîner d’éruptions. Plusieurs études géophysiques et géochimiques suggèrent la présence d’un grand réservoir riche en cristaux sous ce complexe volcanique. Par ailleurs, de nombreuses études multidisciplinaires ont montré que de tels réservoirs riches en cristaux, communément appelés « bouillie cristalline » ou « mush » peuvent être maintenus à une température proche du solidus par des recharges récurrentes de magma mafique en base du réservoir à l’échelle de plusieurs dizaines de milliers d’années. Dans ce travail, nous avons caractérisé pour la première fois, les propriétés mécaniques d’un tel mush en utilisant une méthode 3D par éléments finis. Nous avons modélisé la mise sous pression d’une source de petite dimension située à la base d’une vaste zone de mush au comportement viscoélastique. Les résultats de nos inversions montrent que ce modèle permet d’expliquer l’évolution temporelle et spatiale des déplacements du sol mesurés par InSAR et GNSS, et suggèrent que deux contributions distinctes, l’une élastique et l’autre viscoélastique, conduisent à ces observations. Par rapport à une solution ne considérant que l’élasticité de l’encaissant, ce modèle indique que 50 % des déplacements observés depuis une décennie peut s’expliquer par la réponse visqueuse de la zone de mush et que les déplacements à LdM peuvent se poursuivre durant les cinquante prochaines années. Ces résultats amènent à reconsidérer le comportement mécanique de grands domaines partiellement cristallisés dans la croûte supérieure.

Sources :

C. Novoa, D. Remy, M. Gerbault, J.C. Baez, A. Tassara,L. Cordob, C. Cardon, C. Granger,S. Bonvalot F. Delgado (2019), Viscoelastic relaxation: a mechanism to explain the decennial large surface displacements at the Laguna del Maule volcanic complex, Earth and Planetary Science Letters, DOI:10.1016/j.epsl.2019.06.005

Plus d'actualités

Actualité

Utilisation des données satellitaires à basse résolution pour l’études des phénomènes d’inondations et de sécheresses

Un groupe de chercheur.es de différents laboratoires de l’OMP (IRT-GET / CESBIO / LEGOS) et des universités de Postdam et de Berne ont publié une synthèse dans le journal Surveys […]

26.11.2020

Alerte Presse

Une pollution atmosphérique au mercure inégale entre les hémisphères nord et sud

Le mercure (Hg) est un métal-trace toxique qui affecte la faune et la santé humaine. Il est rejeté dans l’environnement par des processus naturels (volcanisme, altération de la croûte terrestre…), […]

13.11.2020

Publication

Cartographier les latérites pour un meilleur accès aux ressources du sous-sol

Issues du lessivage des roches, les latérites – ou régolites – constituent les couvertures de terre rouge caractéristiques de la ceinture tropicale. Elles peuvent être présentes in situ sur les […]

02.11.2020

Rechercher