Félicitations à Chuxian Li pour l’obtention d’une Bourse l’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science en 2019

Chuxian Li qui a effectué son travail de thèse dans le cadre d’une collaboration entre EcoLab et le GET a soutenu sa thèse avec succès le 17 septembre dernier et a couplé cet événement important dans sa carrière par l’obtention d’une Bourse L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science 2019. Félicitations Chuxian !

Chuxian Li est née à Zhanjiang, une ville chinoise de la province du Guangdong, située à environ 400 kilomètres de Canton.
Après avoir obtenu un master de Chimie dans son pays, elle démarre un doctorat en France, au sein de l’université de Toulouse.

Chuxian Li est une chercheuse interdisciplinaire et travaille entre la géologie, l’environnement et le climat aux laboratoires GET et EcoLab a Toulouse. Pour son projet de recherche, elle s’attache à développer la mesure des signatures d’isotopes1 stables de mercure présentes dans les tourbières2, en tant qu’indicatrices de changements climatiques au cours des 10 000 dernières années. Elle utilise pour ce faire des carottes de tourbe provenant de l’extrême Sud de l’Amérique et de l’Isle d’Amsterdam dans l’océan Indien. La tourbe est une matière organique fossile formée par des décompositions végétales et se nourrissant uniquement de dépôts atmosphériques comme le gaz et la pluie. Son pari : comparer les empreintes de mercure dans les échantillons passés de tourbes, à celles du mercure gazeux et de la pluie d’aujourd’hui, pour décrypter les liens entre poussière, climat, activités humaines et circulation atmosphérique.
La physicienne souhaite attirer l’attention du grand public sur le péril environnemental que constitue la pollution au mercure. À l’échelle mondiale, ces émanations sont produites par la combustion des matières fossiles, l’incinération des ordures, et les activités minières. L’exposition au mercure, même à faibles quantités, peut causer de graves problèmes
de santé et constitue une menace pour le développement de l’enfant in utero et à un âge précoce. Il peut aussi avoir des effets toxiques sur les systèmes nerveux, digestif et immunitaire, ainsi que sur les poumons, les reins, la peau et les yeux.

Chuxian Li espère, après son doctorat, devenir professeure afin de partager sa passion et ses connaissances pour inspirer d’autres jeunes filles, et a également pour projet de promouvoir la science environnementale auprès du grand public chinois.

Plus d'actualités

Actualité

Des écorces pour co-construire la connaissance sur la pollution de l’air

Communiqué de presse Délégation régionale Occitanie Ouest – CNRS Identifier de nouveaux dispositifs favorisant une meilleure qualité de l’air. C’est le défi que lance le consortium international de scientifiques, artistes, […]

17.01.2022

Actualité

Le mystère des cristaux du gouffre d’Esparros

Reportage CNRS Le Journal En novembre 2021, une équipe composée notamment de scientifiques du Laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET/OMP, CNRS, Cnes, IRD, Université Toulouse III – Paul Sabatier) a mené une […]

Actualité

2 des 3 ERC toulousaines au GET!

L’Europe financera cette année 397 projets de recherche menés par de jeunes scientifiques, à hauteur de 1,5 million d’euros en moyenne. Au terme d’une campagne de candidature ayant réuni plus […]

12.01.2022

Rechercher