La traque aux métaux rares

La traque aux métaux rares
La traque aux métaux rares

Malgré le fait que les roches ignées alcalines représentent un faible pourcentage du volume de roches magmatiques terrestres, elles font l’objet d’un intérêt considérable, à la fois académique et industriel, en raison de leur minéralogie exotique et du fait que ces roches soient généralement enrichies en métaux rares (e.g. TR, Zr, Hf, Nb, Ta, Th, U), au point de représenter des gisements potentiellement exploitables. Parmi ces métaux rares, TR et Nb font partie de la liste des 20 matières premières dites « critiques » émise par la Commission Européenne en 2014 (Report on critical raw materials for Europe, 2014). Cette classification est basée à la fois sur l’importance économique que représente l’élément pour les filières industrielles européennes et sur les risques d’approvisionnement.
Du point de vue scientifique, les métaux rares sont considérés comme des éléments immobiles lors de l’interaction eau-roche, du fait de leur fort potentiel ionique et de leur faible électronégativité́ qui font qu’ils n’ont pas d’affinité́ avec les ligands communément présents dans les fluides géologiques. Il est donc couramment accepté que les gisements de ces métaux aient une origine magmatique primaire. Cependant, au cours de ces vingt dernières années, il a été́ mis en évidence plusieurs exemples de minéralisations de ce type où l’origine de la minéralisation est débattue entre primaire (magmatique) ou secondaire (hydrothermale).
Dans ce travail, nous avons pu démontrer le rôle fondamental des fluides aqueux dans la formation de la minéralisation en métaux rares dans le skarn d’Ambohimirahavavy. En particulier, nous avons étudié les échantillons de paleofluides piégés dans des microcavités dans les minéraux, ce qui nous a permis de reconstruire le processus de formation de cette minéralisation. En effet, les métaux rares sont initialement présents dans le magma. Toutefois, en fin de cristallisation, un fluide riche en chlore et fluor se sépare du magma; sa composition lui permet de mettre en solution les métaux et les transporter hors du magma, dans les roches calcaires avoisinantes. Cela se passe à des températures d’environs 450 °C,  des pressions de 20 MPa, et des pH très acides, des conditions qui contrastent énormément avec celles des calcaires. Ces différences déclenchent donc des réactions chimiques qui changent les calcaires en skarn, et provoquent la précipitation des métaux rares sous forme de minéraux exotiques.

EG 110-6 cover mada - copie
Cette étude à fait la couverture de Economic Geology (septembre-octobre 2015).

Référence :

Estrade G., Salvi S., Béziat D., Willams-Jones, A.E. (2015) Rare-metal mineralization in a peralkaline granite related skarn, Ambohimirahavavy alkaline complex, Madagascar, Economic Geology, v. 110, pp. 1485–1513

Contact : Stefano Salvi

Plus d'actualités

Actualité

Utilisation des données satellitaires à basse résolution pour l’études des phénomènes d’inondations et de sécheresses

Un groupe de chercheur.es de différents laboratoires de l’OMP (IRT-GET / CESBIO / LEGOS) et des universités de Postdam et de Berne ont publié une synthèse dans le journal Surveys […]

26.11.2020

Alerte Presse

Une pollution atmosphérique au mercure inégale entre les hémisphères nord et sud

Le mercure (Hg) est un métal-trace toxique qui affecte la faune et la santé humaine. Il est rejeté dans l’environnement par des processus naturels (volcanisme, altération de la croûte terrestre…), […]

13.11.2020

Publication

Cartographier les latérites pour un meilleur accès aux ressources du sous-sol

Issues du lessivage des roches, les latérites – ou régolites – constituent les couvertures de terre rouge caractéristiques de la ceinture tropicale. Elles peuvent être présentes in situ sur les […]

02.11.2020

Rechercher