Quel est le rôle du climat dans les fluctuations des fleuves guyanais ?

L’analyse de la variabilité interannuelle des débits des fleuves est très importante en hydrologie car elle permet aux gestionnaires de ces ressources de mieux les contrôler. Cependant, cette analyse est souvent confrontée au problème même du recueil de données, celles-ci étant souvent disponibles malheureusement sur des intervalles de temps court ou souffrant de lacunes irrémédiables. Dans le cadre du programme HYBAM et en collaboration avec des climatologues du laboratoire LOCEAN, nous avons proposé une analyse fine des débits des fleuves drainant l’ensemble du bouclier guyanais afin de rendre compte  des variabilités à long terme de ceux-ci.

Les rapides de l’Oyapock © Laurence Maurice

Cette région a été choisie car elle est symptomatique du manque de données de débits en hydrologie. En effet, seuls deux fleuves de cette vaste région ont été suivis sur les cinquante dernières années, la plupart des autres n’étant suivi que au mieux sur une vingtaine d’années.

Ceci nous a permis d’identifier les paramètres climatiques qui contrôlent cette variabilité en termes de forçage atmosphérique et de cerner la variabilité des influences des températures de surface de l’Océan Pacifique et Atlantique au cours des cinquante dernières années.

Pour cela, nous avons utilisé les analyses en ondelettes croisées, la cohérence en ondelettes et l’analyse composite. Nous avons tout d’abord mis en évidence une homogénéité hydro-climatologique globale dans cette région qui nous a permis de nous concentrer sur les séries hydrologiques les plus longues disponibles. Ainsi, une analyse en ondelettes croisée a été opérée entre les débits mensuels et saisonniers du fleuve Langa Tabiki à la station de Maroni et différents indices climatiques. Ceci a confirmé une relation forte entre l’hydrologie du plateau guyanais et les variations de températures de surface du Pacifique. Nous avons pu mettre en évidence une influence intermittente à des échelles inter annuelles et décennales des températures de surface de l’Océan Atlantique en particulier autour de 1970 et de 1990. Enfin, nous avons montré que les liens qui existent entre les influences des différentes régions océaniques et les débits maximums relevés dans les fleuves guyanais sont connectés d’une part au renforcement des cellules de Walker et Hadley entre l’Amazone and les océans adjacents et d’autre part à une diminution des vents et des flux issus de l’effet de mousson qui favorisent la persistance d’humidité au dessus du bouclier guyanais.

Référence :

D. Labat, J.-C. Espinoza, J. Ronchail, G. Cochonneau, E. de Oliveira, J.C. Doudou, J.-L. Guyot, 2012. Fluctuations in the monthly discharge of Guyana Shield rivers, related to Pacific and Atlantic climate Variability. Hydrological Sciences Journal

Contact : David Labat

Plus d'actualités

Actualité

L’orpaillage sauvage sous l’œil des IA

Les scientifiques développent une technique mêlant algorithmes, machine learning et images spatiales pour détecter les sites d’orpaillage artisanal et leur évolution. Cet instrument innovant pourrait permettre d’encadrer le secteur pour […]

13.01.2021

Communiqué de Presse

En milieu semi-aride, engrais et eaux souterraines ne font pas bon ménage…

Une étude menée par une équipe franco-indienne impliquant l’UMR GET et publiée dans Scientific Reports a montré que l’engrais potassique favorisait la salinisation naissante dans l’agriculture semi-aride irriguée par les eaux souterraines. La […]

04.01.2021

Publication

Survie du zircon dans l’asthénosphère et lithosphère

Bien que le zircon soit largement utilisé pour le traçage des processus impliquant les magmas felsiques de la croûte continentale, sa stabilité dans nombreuses roches (ultra-)mafiques d’origine mantellique restent encore […]

01.01.2021

Rechercher