Des microplastiques retrouvés dans l’« air pur » des Pyrénées

Après la découverte de microplastiques dans les fleuves, les océans ou encore la neige, c’est dans l’« air pur » des montagnes que leur présence a été confirmée. En effet, une équipe de recherche internationale impliquant des scientifiques du CNRS, de l’Université Grenoble Alpes et de l’Université de Strathclyde (Ecosse) a découvert la présence de microplastiques au sommet du Pic du Midi (2 877 mètres d’altitude).

Grâce à une pompe installée à l’Observatoire du Pic du Midi aspirant 10 000 m3 d’air par semaine, l’équipe de recherche impliquant le laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET/OMP – CNRS, CNES, IRD, Université Toulouse III – Paul Sabatier) et le laboratoire Écologie fonctionnelle et environnement (LEFE/OMP – CNRS, Université Toulouse III – Paul Sabatier, Toulouse INP) a pu analyser la composition de cet air de haute altitude et ainsi déterminer la présence d’environ un microplastique tous les 4 m3. Ces polymères, comme le polystyrène ou le polyéthylène, trouvent leur origine dans les emballages. Si leur présence ne représente pas de risque direct, elle reste surprenante dans un endroit éloigné des sources de pollution. Les scientifiques ont également réussi à déterminer l’origine de ces particules grâce à des modélisations mathématiques des trajectoires des masses d’air. Ces plastiques proviendraient d’Afrique, d’Amérique du Nord ou encore de l’océan Atlantique, confirmant un transport aérien intercontinental des microplastiques. Ces résultats, publiés dans Nature Communications le 21 décembre 2021, décrivent une étape du cycle de vie des microplastiques, tout en permettant d’expliquer leur présence dans des régions reculées du monde, comme les pôles ou l’Everest.

Entrée d’air d’une pompe à particules fines de l’observatoire du Pic du midi © Jeroen Sonke

Contact: Jeroen Sonke (CNRS GET)

Actualité CNRS disponible sur cette page.

Sources :

Evidence of free tropospheric and long-range transport of microplastic at Pic du Midi Observatory. S. Allen, D. Allen, F. Baladima, V. R. Phoenix, J.L. Thomas, G. Le Roux, et J.E. Sonke. Nature Communications, 21 décembre 2021.
DOI : 10.1038/s41467-021-27454-7

Plus d'actualités

Actualité

Amérindiens de Guyane contaminés par deux métaux toxiques

Les niveaux d’exposition au plomb et au mercure sur le territoire guyanais sont très préoccupants. Aussi un grand programme en santé environnementale traite aujourd’hui de cette question. Des scientifiques dont […]

28.01.2022

Actualité

Des écorces pour co-construire la connaissance sur la pollution de l’air

Communiqué de presse Délégation régionale Occitanie Ouest – CNRS Identifier de nouveaux dispositifs favorisant une meilleure qualité de l’air. C’est le défi que lance le consortium international de scientifiques, artistes, […]

17.01.2022

Actualité

Le mystère des cristaux du gouffre d’Esparros

Reportage CNRS Le Journal En novembre 2021, une équipe composée notamment de scientifiques du Laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET/OMP, CNRS, Cnes, IRD, Université Toulouse III – Paul Sabatier) a mené une […]

Rechercher