L’histoire géologique des 30 derniers millions d’années de l’Amazone révélée par la géochimie organique et inorganique

©Neil Palmer Photography Creative Commons Attribution ShareAlike License

Depuis quand est l’Amazone est elle le plus grand fleuve au monde ? Depuis quand une Amazone prenant sa source dans les Andes se jette t elle dans l’Océan Atlantique ? Comment était l’Amazone avant cette transcontinentalisation ? Quelles étaient les sources passées de l’Amazone ? C’est à ces questions qu’une équipe européo-brésilienne du projet Clim-Amazon a répondu.

En étudiant les archives sédimentaires s des sédiments du Ceará Rise (Site ODP 925) à partir de traceur isotopique (Nd) sur la partie inorganique des sédiments et de biomarqueurs sur la partie organique, cette équipe européo-brésilienne a pu reconstituer l’histoire de l’Amazone sur les 30 derniers millions d’années Cette histoire se déroule selon 3 étapes. La période Oligocène/Miocène inférieure (30–18,3 Ma) se caractérise par l’existence d’un grand fleuve drainant essentiellement le craton brésilien avec un fort apport de matière organique d’origine terrestre dans l’océan. Il y a 18,3 millions d’années, un pulse de sédiments d’origine probablement andine est enregistré par les sédiments du Ceará Rise, témoignant ainsi d’une transcontinentalisation temporaire et précoce de l’Amazone. Entre le miocène inférieur et le miocène supérieur (18,3-8,7 Ma), le flux sédimentaire diminue drastiquement avec un fort taux de production de matière organique marine in situ et une provenance des sédiments d’origine cratonique. Il y a 8,7 Ma, les premiers sédiments d’origine andine arrivent à Ceará Rise et après 4, 5 Ma, l’Amazone devient le fleuve qu’on connait aujourd’hui avec une provenance andine et fort apport de nutriments à l’Océan Atlantique.  Cette étude détaillée de l’histoire de l’Amazone couplant géochimie organique et inorganique montre que la transcontinentalisation de l’Amazone n’est pas le fait d’un seul évènement et aurait pu intervenir de façon temporaire bien plus tôt que ce qui était pensé auparavant. L’histoire de ce fleuve est donc dynamique et bien loin de celle d’un long fleuve tranquille.

Contacts :
Martin Roddaz

Référence :

Elsbeth E. van Soelen, Jung-Hyun Kim, Roberto Ventura Santos, Elton Luiz Dantas, Fernanda Vasconcelos de Almeida, Juliana Pinheiro, Martin Roddaz, Jaap S. Sinninghe Damsté ¬A 30 Ma history of the Amazon River inferred from terrigenous sediments and organic matter on the Ceará Rise. Earth and Planetary Science Letters Volume 474, 2017, Pages 40–48

Plus d'actualités

Zone-art: la première résidence arts sciences du Réseau des Zones Ateliers

« L’article universitaire n’est pas le seul format d’écriture pour faire de la théorie. On peut faire de la théorie avec une caméra, un pinceau, une partition, etc.  (…) une théorie […]

Une étude minéralogique dévoile les secrets des failles transformantes océaniques

Une équipe franco-italienne, impliquant notamment le laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET, CNES/CNRS/IRD/UT3), a étudié les processus géologiques et minéralogiques qui se produisent aux frontières des plaques tectoniques. Leurs résultats, éclairant […]

Mercure atmosphérique : une décennie d’observations sur l’île Amsterdam

La publication récente d’un data paper  par une équipe de recherche incluant des scientifiques du CNRS Terre & Univers met en lumière une série unique de mesures du mercure atmosphérique sur l’île Amsterdam, […]

Rechercher