Instabilité du flanc est du Piton de la Fournaise (la Réunion) détectée par INSAR

Instabilité du flanc est du Piton de la Fournaise (la Réunion) détectée par INSAR

Le Piton de la Fournaise est l’un des plus actif volcan basaltique du monde, avec 44 éruptions entre 1998 et 2015. Cette étude réalisée en collaboration avec le laboratoire Magmas et Volcans (LMV) et l’Institut du Globe de Paris (IPGP) porte sur l’analyse de l’évolution spatiale et temporelle du champ de déplacements entre l’éruption historique d’avril 2007 et octobre 2014 à partir de mesures continues acquises par les stations GNSS du réseau de l’Observatoire Volcanologique et de longues séries temporelles d’images radar Cosmos-Skymed et TerraSAR acquises en bande X. La complexité spatiale et temporelle du champ de déplacement obtenu indique qu’une partie importante de  l’édifice volcanique est affectée par des déformations d’origines diverses qui se superposent spatialement et temporellement. Notamment, on observe des processus de subsidence qui ne s’accompagnent pas de déplacements horizontaux sur les coulées de lave récentes. Cette étude montre qu’il existe une relation linéaire entre cette subsidence et l’épaisseur de la coulée et que son amplitude décroit avec le temps. A partir de ces relations, il est possible de construire une loi empirique permettant d’estimer la contribution de ce processus dans le champ de déformation. Nous observons également que le cône central subside de manière persistante depuis l’effondrement de plus de 350 m du Dolomieu, survenu lors de l’éruption d’avril 2007. Mais le résultat le plus important concerne la détection d’un glissement lent affectant une large partie du flanc est de l’édifice volcanique  (~ 20 km2). L’ absence d’évidences sur la structure et sur la rhéologie de l’édifice nous a amené à explorer différentes hypothèses pour expliquer l’origine de ce glissement qui pourrait être contrôlé par les propriétés frictionnelles des roches le long d’un ou de plusieurs plans de faille, ou bien être l’expression d’une déformation ductile dépendante de la viscosité du milieu.

Contact: Dominique Remy

Sources :

Chen, Y., D. Remy, J.-L. Froger, A. Peltier, N. Villeneuve, J. Darrozes, H. Perfettini, and S. Bonvalot (2017), Long-term ground displacement observations using InSAR and GNSS at Piton de la Fournaise volcano between 2009 and 2014,Remote Sensing of Environment,194, 230-247.

Plus d'actualités

Actualités

Les métaux sous l’influence de l’horloge circadienne des biofilms phototrophes

Les biofilms phototrophes sont des agrégats microbiens qui constituent la base de la chaîne trophique des écosystèmes d’eaux douces de surface. Ils se caractérisent par une grande biodiversité de microorganismes portant des fonctions essentielles, à l’origine des processus d’autoépuration des cours d’eau. Ils sont le siège d’interactions biogéochimiques, notamment avec les métaux véhiculés par la […]

09.09.2020

Actualités

Le voyage du soufre dans les fluides hydrothermaux raconté par ses isotopes

Les transferts du soufre dans la nature sont en grande partie contrôlés par les fluides hydrothermaux qui le véhiculent à travers la croûte terrestre et le précipitent, en remontant à la surface ou en se refroidissant, souvent sous forme de soufre natif. Mais peut-il aider à reconstituer l’origine et l’évolution des fluides dans les profondeurs? […]

Actualités

[Actualité scientifique] L’océan Arctique exporte du mercure vers l’océan Atlantique

Plusieurs bilans de mercure réalisé par différentes équipes indiquent qu’il y aurait une exportation nette de mercure de l’Arctique vers l’Atlantique, via le détroit de Fram, seul lien profond entre ces deux océans. Cependant, ces estimations étaient par trop approximatives du fait qu’elles ne se basaient pas sur des observations. Grâce aux nouvelles données acquises […]

23.07.2020

Rechercher