Instabilité du flanc est du Piton de la Fournaise (la Réunion) détectée par INSAR

Instabilité du flanc est du Piton de la Fournaise (la Réunion) détectée par INSAR

Le Piton de la Fournaise est l’un des plus actif volcan basaltique du monde, avec 44 éruptions entre 1998 et 2015. Cette étude réalisée en collaboration avec le laboratoire Magmas et Volcans (LMV) et l’Institut du Globe de Paris (IPGP) porte sur l’analyse de l’évolution spatiale et temporelle du champ de déplacements entre l’éruption historique d’avril 2007 et octobre 2014 à partir de mesures continues acquises par les stations GNSS du réseau de l’Observatoire Volcanologique et de longues séries temporelles d’images radar Cosmos-Skymed et TerraSAR acquises en bande X. La complexité spatiale et temporelle du champ de déplacement obtenu indique qu’une partie importante de  l’édifice volcanique est affectée par des déformations d’origines diverses qui se superposent spatialement et temporellement. Notamment, on observe des processus de subsidence qui ne s’accompagnent pas de déplacements horizontaux sur les coulées de lave récentes. Cette étude montre qu’il existe une relation linéaire entre cette subsidence et l’épaisseur de la coulée et que son amplitude décroit avec le temps. A partir de ces relations, il est possible de construire une loi empirique permettant d’estimer la contribution de ce processus dans le champ de déformation. Nous observons également que le cône central subside de manière persistante depuis l’effondrement de plus de 350 m du Dolomieu, survenu lors de l’éruption d’avril 2007. Mais le résultat le plus important concerne la détection d’un glissement lent affectant une large partie du flanc est de l’édifice volcanique  (~ 20 km2). L’ absence d’évidences sur la structure et sur la rhéologie de l’édifice nous a amené à explorer différentes hypothèses pour expliquer l’origine de ce glissement qui pourrait être contrôlé par les propriétés frictionnelles des roches le long d’un ou de plusieurs plans de faille, ou bien être l’expression d’une déformation ductile dépendante de la viscosité du milieu.

Contact: Dominique Remy

Sources :

Chen, Y., D. Remy, J.-L. Froger, A. Peltier, N. Villeneuve, J. Darrozes, H. Perfettini, and S. Bonvalot (2017), Long-term ground displacement observations using InSAR and GNSS at Piton de la Fournaise volcano between 2009 and 2014,Remote Sensing of Environment,194, 230-247.

Plus d'actualités

Zone-art: la première résidence arts sciences du Réseau des Zones Ateliers

« L’article universitaire n’est pas le seul format d’écriture pour faire de la théorie. On peut faire de la théorie avec une caméra, un pinceau, une partition, etc.  (…) une théorie […]

Une étude minéralogique dévoile les secrets des failles transformantes océaniques

Une équipe franco-italienne, impliquant notamment le laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET, CNES/CNRS/IRD/UT3), a étudié les processus géologiques et minéralogiques qui se produisent aux frontières des plaques tectoniques. Leurs résultats, éclairant […]

Mercure atmosphérique : une décennie d’observations sur l’île Amsterdam

La publication récente d’un data paper  par une équipe de recherche incluant des scientifiques du CNRS Terre & Univers met en lumière une série unique de mesures du mercure atmosphérique sur l’île Amsterdam, […]

Rechercher