Quand le Plateau du Tibet hésite entre affrontement et échappement…

Les hauts plateaux tels que l’Altiplano ou le Tibet sont des régions très épaissies de croûte continentale résultants d’une longue histoire de convergence puis de collision entre deux plaques lithosphériques. Paradoxalement, ces géants géologiques maintiennent une surface topographique et une base très plates, du fait de la chaleur qu’ils ont accumulée et donc de leur faible viscosité. Le plateau tibétain est comprimé et donc épaissi entre deux ensembles froids et relativement rigides : le continent indien au Sud et l’Eurasie au Nord. Mais il a aussi la possibilité de s’échapper vers l’Est sous les effets conjugués de la collision Inde-Asie et de sa tendance à s’étaler sous son propre poids vers une région de moindre topographie.

Quand le plateau du Tibet hésite entre affrontement et échappement

Une équipe du GET en collaboration avec Géosciences Rennes a réalisé les premières expériences analogiques d’échelle lithosphérique de la collision Inde-Asie intégrant un contraste de résistance entre un haut plateau (le Tibet) et un vieux continent froid (l’Inde). Les expériences montrent que le plateau, en s’épaississant, force sa croûte chaude et molle à s’injecter dans la zone de collision, donnant naissance à un flux de roches chaudes en direction de l’Inde à travers la zone de collision (mécanisme de « channel flow »). Conjointement, le plateau s’étire et s’échappe latéralement en direction d’un bord moins contraint du modèle si la possibilité lui en est donnée. La balance entre le degré de confinement latéral du plateau et la résistance le long de la collision frontale avec l’Inde régule l’amplitude respective des deux processus. La répartition des flux de matière dans les hauts plateaux est ainsi dépendante de la part relative de l’injection frontale et de l’échappement latéral, bien que ses deux phénomènes soient effectifs à plusieurs milliers de kilomètres de distance.

Bajolet, F., D. Chardon, J. Martinod, D. Gapais, J.-J. Kermarrec, 2015. Syn-convergence flow inside and at the margin of orogenic plateaus: lithospheric-scale experimental approach,Journal of Geophysical Research-Solid Earth, 120, 6634-6657.

Contacts : Flora Bajolet et Dominique Chardon

Plus d'actualités

Actualités

Les métaux sous l’influence de l’horloge circadienne des biofilms phototrophes

Les biofilms phototrophes sont des agrégats microbiens qui constituent la base de la chaîne trophique des écosystèmes d’eaux douces de surface. Ils se caractérisent par une grande biodiversité de microorganismes portant des fonctions essentielles, à l’origine des processus d’autoépuration des cours d’eau. Ils sont le siège d’interactions biogéochimiques, notamment avec les métaux véhiculés par la […]

09.09.2020

Actualités

Le voyage du soufre dans les fluides hydrothermaux raconté par ses isotopes

Les transferts du soufre dans la nature sont en grande partie contrôlés par les fluides hydrothermaux qui le véhiculent à travers la croûte terrestre et le précipitent, en remontant à la surface ou en se refroidissant, souvent sous forme de soufre natif. Mais peut-il aider à reconstituer l’origine et l’évolution des fluides dans les profondeurs? […]

Actualités

[Actualité scientifique] L’océan Arctique exporte du mercure vers l’océan Atlantique

Plusieurs bilans de mercure réalisé par différentes équipes indiquent qu’il y aurait une exportation nette de mercure de l’Arctique vers l’Atlantique, via le détroit de Fram, seul lien profond entre ces deux océans. Cependant, ces estimations étaient par trop approximatives du fait qu’elles ne se basaient pas sur des observations. Grâce aux nouvelles données acquises […]

23.07.2020

Rechercher