Quelle est la quantité de poussières atmosphériques provenant du Sahel ?

Quelle est la quantité de particules minérales émises dans l’atmosphère depuis la région semi-aride du Sahel? Si les émissions de poussières sont aujourd’hui relativement bien contraintes concernant les zones arides, dont les propriétés de surface évoluent peu au regard des échelles de temps considérées, il n’en va pas de même des régions semi-arides. Celles-ci en effet, de part les précipitations saisonnières dont elles sont le lieu, présentent une dynamique des propriétés de surface (notamment par le développement d’un couvert végétal saisonnier) qui induit une complexité supplémentaire à prendre en compte.

Or l’étude des particules minérales est motivée par leurs impacts globaux (bilan radiatif, impact biogéochimique dans les zones océaniques éloignées, physique des nuages) ainsi que locaux (corrélation observée entre évènements de poussière et épidémie de méningite, évolution de la fertilité du sol dans les zones cultivées,…).

Afin de traiter cette question, une approche par modélisation est proposée, alliant un modèle de végétation sahélienne (STEP) [Mougin et al., 1995] à un modèle d’émission des particules minérales par érosion éolienne (DPM) [Marticorena and Bergametti, 1995]. La zone considérée comprend la ceinture sahélienne (12°N-20°N, 20°W-35°E) et les simulations ont été faites à une résolution de 0.25° pour les années 2004 à 2007. Le forçage de pluie est un produit satellitaire de dernière génération (Tropical Rainfall Measuring Mission), les autres forçages provenant du centre européen (ECMWF). Une paramétrisation empirique est utilisée pour déterminer la rugosité dynamique de la surface, facteur clé pour estimer les émissions de particules minérales sous l’effet du vent.  L’ensemble des simulations a été comparé, étape par étape, à des observations satellitaires.

En termes de principaux résultats, les flux annuels de poussières émis depuis la zone d’étude sont compris entre 100 et 400 millions de tonnes selon l’année, en accord avec de précédentes études portant sur la région Saharienne. Dans la frange géographique où la végétation herbacée interfère avec les émissions de poussières, ces dernières varient de 0.5 à 20 millions de tonnes selon l’année. L’inhibition de l’érosion due à la dynamique saisonnière de la végétation et de l’humidité du sol sur cette frange varie quant à elle entre 20 et 35%.

Référence :

Pierre, C., E. Mougin, B. Marticorena, G. Bergametti, C. Bouet, and C. Schmechtig, 2012: Impact of vegetation and soil moisture seasonal dynamics on dust emissions over the Sahelian belt in West Africa, J. Geophys. Res.

Contact : Caroline Pierre et Eric Mougin

Plus d'actualités

Actualité

Quels liens entre courant circumpolaire Antarctique et climat global ?

Des chercheurs des laboratoires Chrono-Environnement (CNRS/UFC), Géosciences environnement Toulouse (GET/OMP/CNRS/IRD/CNES/UT3 Paul Sabatier) et du Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales (LEGOS/OMP/CNES/CNRS/IRD/UT3 Paul Sabatier) viennent d’apporter une nouvelle contrainte temporelle […]

09.04.2021

Publication

Bassins pétroliers et failles actives

Dans le nord du Pérou, certains bassins pétroliers situés sur le piemond des Andes orientales sont exposés aux risques naturels liés à l’activité du front orogénique. Les failles actives s’y […]

03.03.2021

Actualité

Observation précise de la déformation de la Terre à long terme : nouveau regard approfondi sur l’impact des discontinuités de position GNSS

Une nouvelle étude montre que l’impact des discontinuités dans les séries de position GNSS est bien plus inquiétant que ce qui était connu auparavant avec un impact grave sur l’observabilité […]

02.03.2021

Rechercher