L’Amazone au plus bas…

Au cours de la dernière décennie, le bassin amazonien a été touché par de nombreux événements climatiques extrêmes comme la sécheresse exceptionnelle de 2005, qui a eu de fortes répercussions sur les écosystèmes et les activités humaines. Malgré l’importance que revêt le suivi des stocks et flux d’eau dans les grands bassins fluviaux, la faible quantité de mesures disponibles de niveaux d’eau  et de débits ne permet pas de caractériser la signature de tels événements sur la dynamique des eaux de surface.
Une équipe composée de chercheurs de l’Observatoire Midi-Pyrénées (GET et LEGOS), de l’Observatoire de Paris, de l’UMR Espace-Dev de Montpellier, et de l’Université de Manaus a utilisé des observations multi-satellitaires de l’étendue des surfaces inondées et des niveaux d’eau pour suivre les variations de stock d’eau de surface au pas de temps mensuel entre 2003 et 2007. Elle a pu montrer, entre autres, qu’au cours de la sécheresse de 2005, le volume d’eau présent dans les fleuves et les plaines d’inondation accusait un déficit de 130 km3 (ou 70%) par rapport à sa valeur moyenne sur la période 2003-2007.

Référence :

Frappart F., Papa, F., Santos da Silva, Ramillien G., Prigent C., Seyler F., Calmant S. Surface freshwater storage in the Amazon basin during the 2005 exceptional drought, Environmental Research Letters, in press.

Contacts: Frédéric Frappart, Guillaume Ramilien

Plus d'actualités

Actualité

C’est la faille qui casse l’oeuf ou l’oeuf qui casse la faille ? de failles et volcans au sud Chili

Le sud de la marge Andine comporte de nombreux systèmes volcaniques, géothermaux et minéralisés, témoins d’une migration importante de fluides à travers la croûte. On ne comprend pas bien comment […]

29.07.2021

Actualité

Comment les falaises basques s’effondrent-elles ?

La Corniche Basque, entre Saint-Jean de Luz et Hendaye est fragilisée par la mer, ce qui met en péril le sentier littoral et une route départementale. Une équipe de recherche […]

22.07.2021

Actualité

La formation du plateau de Démérara

La marge continentale du Craton des Guyanes s’est formée à l’intersection entre l’Océan Atlantique et Équatorial, formés successivement depuis 150 Ma, achevant ainsi la dispersion du supercontinent Gondwana. Au cours […]

Rechercher